à qu'elle heure déjà ?

Alors là c'est la super bourre...

Le boulot qui ne ralenti pas, et de temps en temps des illuminations entre deux malades: "Et il ne faut pas que j'oublie çà... Au fait il faut appeler le bateau pour savoir si... et ..."

 

Il n'y a plus que 48 heures avant d'être à bord. Chaque plan sur la comète doit devenir vite une réalité au risque sinon de rester au port.

 

Curieusement aucune angoisse, aucune apréhension. Par contre l'envie de laisser la place propre, que les collègues de boulot ne trouve pas un truc en cours non terminé... Et puis aussi prévoir le retour et le planning de garde... et oui déjà. C'est cela la vie d'urgentistes chacun et chacune est tellement dépendant des autres.

Si un n'est pas là un ou une autre devra s'y coller en plus.

 

Coté famille, il commence à y avoir des petites manifestations... "Tiens c'est l'avant dernier repas ensemble ce soir", " Au fait papa tu seras revenu pour Noêl ?". Etonnante interrogation qui prouve bien qu'un tel projet a du mal à s'inscrire dans le quotidien d'un terrien je veux dire de ceux qui restent à terre. Comment intégrer dans sa vie de tout le jour que l'on part tel jour et que l'on arrivera sans doute tel autre sans certitude ?

Le baluchon est prêt, avec Pierrick on discute pour savoir si c'est le vieux portable PC que l'on emène ou le nouveau Mac. l'effet de l'eau de mer sur la peau on connaît un peu mais sur les circuits d'un ordinateur moins.

 

Et puis il y a les couriels de ceux qui savent grâce à nos annonces il y a quelques jours. Un peu envieux les uns, un peu inquiets les autres, mais tous tous trés encourageants et super importants. On se retrouve avec un devoir de porter cela: Le rêve que l'on a la chance d'accomplir pour le transmettre et le raconter au moins au retour si la technologie ne nous permet pas de le faire durant le périple.

 

Les vidéos du bord, sont autant de piqures de sensibilisation sur "mer en solidaire". Au fur et à mesure elles ont le mérite de lever les moindres craintes. Bravo Tatiana et Jeanne ! Cela prouve bien qu'elles invitent au rêve et nous y allons nous aussi dans un peu plus de 24 heures.

 JM Le Gac

Décembre 2015

MedMer collabore avec groupama team france pour un programme de formation aux secours médicaux

Novembre 2015

MedMer a participé à l'élaboration, de recommandations pour la formation médicale dans la course au large en marge du congrès ISAF à Sanya

 

Juin 2015: MedMer assure la médicalisation de la Volvo Race à Lorient.

STAGE SIMULATION

JM Le Gac et Pascal Chapelain de l'IFSI de Lorient ont collaboré pour créer un stage de formation médicale pour les coureurs au large. Il a été testé auprès de l'équipage de banque populaire avant le trophée Jules Vernes. La simulation médicale y est prépondérante. Cette nouvelle méthode d'enseignement permet une réelle acquisition des gestes essentiels.

Med Mer forme  la team de spindrift  pour le trophée Jules Vernes 2015.


 

Retrouvez  le journal de bord video de la  Transat en solidaire en cliquant sur le lien ci-dessus. Med mer a accompagné la minitransat à bord de podorange ( nos photos et textes)